Actualité

[Article] Coderunner

Depuis septembre, Moodle UM offre la possibilité aux enseignants d’évaluer les capacités de programmation des étudiants. En effet, un nouveau type de question est disponible : Coderunner.

Avantages

De nombreux langages sont pris en charge : C, java, python, php, SQL,… D’autres langages peuvent être ajoutés à condition d’écrire le modèle pour que Coderunner puisse l’interpréter.

Vous pouvez affiner les tests permettant de vérifier le programme écrit par l’étudiant (interdire des imports de librairie, inclure des expressions régulières, donner une partie des points…).  Il est également possible de vérifier une simple partie, ou une fonction, et de compléter le programme avec des instructions personnalisées. 

Ce type d’exercice se rapproche plus d’une évaluation authentique par rapport à un QCM simple ou du texte à trou.

En plus d’être utile et pratique pour les enseignants, Coderunner permet également de proposer des exercices d’entraînement aux étudiants :

  • Les étudiants ne sont plus obligés d’attendre les TP pour s’exercer par exemple. Ce qui peut être un facteur de motivation.
  • Le feedback peut être immédiat.

Principe

Lors de la création de ce type de question, vous allez renseigner, en plus de la consigne, le code permettant de vérifier le programme entré par l’étudiant.

Lorsque l’étudiant soumettra sa réponse, celle-ci va être exécutée sur un serveur spécifique qui renverra le résultat de vos tests.

Documentation officielle : https://coderunner.org.nz/

Vigilance

Coderunner est dimensionné de manière classique, il est donc conseillé, en cas d’effectif important, de faire une évaluation blanche et de vérifier que tous les étudiants arrivent à la faire avant de procéder à une véritable évaluation notée.

Afin d’assurer le bon fonctionnement de cet outil, ce dernier est en maintenance toutes les nuits à 4h20.

Vous définissez le langage, ici du c (c_program).

Vous écrivez une consigne : Écrire un programme qui récupère une saisie texte (maximum 80 caractères) depuis l’entrée standard et qui inverse l’ordre des lettres.

Vous définissez votre réponse : le programme qui va répondre à votre consigne.

Vous rédigez ensuite les tests qui doivent permettre de vérifier le fonctionnement du programme. Ici des exemples de textes donnés en entrée et ensuite les résultats attendus après les avoir passé au programme. Il est possible de mettre un exemple pour que les étudiants comprennent bien la consigne.

 

Retour d’expériences

BENOIT DARTIES, maître de conférences en informatique et Directeur des études de la formation par apprentissage au sein du Département des Métiers du Multimédia et de l’Internet (MMI) a pu tester la question « coderunner ». Il l’utilise pour des évaluations formatives et sommatives : la montée en compétence est évaluée tout au long de l’année et à la fin de l’année, une évaluation finale est proposée. 

La mise en place de « coderunner » a modifié la façon dont l’enseignant évalue les étudiants. Avant, l’évaluation de l’étudiant se faisait à l’aide d’un examen théorique classique et la réalisation d’un projet.

Selon Benoit Darties, les étudiants sont davantage impliqués et autonomes et l’outil est utilisé d’une manière significative – même en dehors des heures de TP !

Les avantages de l’outil « coderunner » sont multiples, une fois le paramétrage terminé, la correction des évaluations se fait automatiquement.

Le retour des étudiants est également très positif. L’enseignant a proposé un questionnaire afin de connaître le retour des étudiants. Presque 47,8% du groupe se sentent beaucoup plus à l’aise en programmation objet après avoir réalisé des exercices autoévalués.

Quant à la motivation, l’implication et l’intérêt pour le cours, plus de 80% des répondants indiquent que le système d’exercice d’autoévaluation a joué un rôle positif dans leur motivation sur le cours de programmation par rapport à un format d’apprentissage classique.

D’une manière générale, les étudiants apprécient le côté ludique de l’outil.